Bénédicte Vidor-Pierre

Aller à la rencontre de Bénédicte Vidor-Pierre, c’est révéler en nous les fondamentaux multiples, effleurer le sacré, nous aider à faire émerger le grand, le beau et le meilleur…

Cette femme d’exception, distille la parole avec savoir mais humilité !

Bénédicte Vidor-Pierre transcrit l’essentiel : vraie, entière, sincère; l’écouter et la lire sont un bonheur où se mêlent et s’enchaînent gravité et humour, légèreté et hauteur, ciel et terre…

Et, au détour du chemin, l’humanité, l’amitié et la sincérité vous entourent d’une douceur espérée !

Nous avons tant à apprendre en tant qu’« hommes »

La noblesse du cœur est tienne…

Je vous laisse vous imprégner des réponses de Bénédicte Vidor-Pierre…



Petit texte descriptif :

J’ai fait des études de philosophie jusqu’au doctorat puis de Lettres pour travailler la question de l’écriture dans le nouveau roman et de la polyphonie. Je suis donc enseignante en philosophie et je vis dans le quartier de la Croix Rousse à Lyon.

Je suis très sensible à ce que Platon nommait le baptême philosophique comme le fait d’accepter de repartir à zéro, de même qu’au « Doute » cartésien et à cette « époché » comme mise en suspens comme si l’on pouvait parfois se retirer du monde et devenir simple observateur.

Dès lors, j’écris, et chaque roman est un nouvel univers, d’autres vies et une nouvelle approche de moins en moins manichéenne et de plus en plus bienveillante à l’égard d’autrui mais aussi et surtout de soi même.

1) Pourquoi écris-tu et depuis combien de temps ?

Je suis enseignante en philosophie et j’écris des romans pour compléter l’approche philosophique ou plutôt j’enseigne pour compléter l’écriture. Mon équilibre naît de ces deux activités.

J’essaie de composer des tableaux, retrouver cet émerveillement et cet étonnement originaire en face du monde et revoir ainsi l’extraordinaire du quotidien que l’on a tendance à perdre.

J’essaie d’épouser le rythme de ma pensée dans l’écriture, et saisir le moment où celle-ci naît, comme s’il y avait une mélodie dans nos jardins secrets.

J’essaie aussi de bouger les lignes, questionner nos catégories, nos frontières, vie-mort, minéral-animal, réel-imaginaire ( c’est le sujet de «  Porte de sortie » que j’ai écrit il y a 3 ans ) etc…. ne rien prendre pour argent comptant…. repenser la porosité des strates ontologiques et laisser ainsi libre cours à l’imagination, essence même de la liberté.

2) Comment est née la jolie idée d’écrire « Syndrome O » ?

En visitant un zoo il y a quelques années, j’ai découvert un gorille dénommé Platon. Celui-ci était assis derrière une grande vitre, et là j’ai été saisie par son regard et sa posture, il semblait réfléchir, comme triste. Une famille est arrivée à côté de moi puis s’est mise à sauter sur place en poussant des grands «  ouh, ouh » pour imiter les singes. Nul besoin d’en décrire davantage ! je me suis alors penchée sur les derniers travaux des primatologues car j’ai toujours eu la sensation que la frontière Homme-Animal était bien plus ténue que cela, à l’instar des idées reçues et des certitudes judéo-chrétiennes et cartésiennes. Dès lors, la question de l’âme et du corps consubstantiel de l’humain étaient à ré-intérroger à la lumière des étonnantes capacités des grands singes qui non seulement peuvent acquérir un étonnant bagage lexical via le langage des signes mais aussi peuvent accéder à une pensée de la finitude en appréhendant la mort dans son éternité. Dès lors, il est aisé de comprendre que nos catégories sont bousculées et qu’il s’agit à présent de réinventer une place à l’humain, et si la place de l’homme était de mettre l’homme à sa place ? Spécisme, question du décalage avec le monde qu’engendre la conscience, question du sens de la vie qui pourrait s’identifier à celle d’une justification à vivre…. J’aborde ces questions dans le cadre d’une petite promenade intérieure d’une primatologue nommée Ben, ses pérégrinations, ses amis, Châle, divorcée, en quête de bonheur facile, Marie-Céline, mère au foyer très traditionnelle, un peu coincée.

3) Quel message as-tu voulu faire passer à travers ce livre ?

J’ai voulu tout d’abord, via le portrait de 3 femmes très différentes, dessiner le fait que l’on pouvait communiquer et se lier d’amitié malgré des modes de vies éloignées voire diamétralement opposés. Chacune a raison et apporte quelque chose à l’autre. Mais aussi et surtout au travers de cette polyphonie, j’ai souhaité exprimer le décalage omniprésent qu’impose la conscience, car nous sommes tout un chacun acteur et observateur de notre vie et ce à chaque instant. Cette scission entre soi et soi même ou ce décalage s’exprime au travers de ces monologues intérieurs parfois à l’opposée de ce qui est évoqué entre Ben et ses deux amis. Aucune des 3 femmes n’est dans le vrai ou plus heureuse que l’autre et chacune projette son manque à être sur l’autre en lui prêtant une réussite qu’elle n’aurait pas.

Par là même, j’ai prêté aux grands singes une pensée de l’immédiateté, une faculté à s’emparer du présent que nous aurions perdu. C’est tout l’enjeu du livre, ce fameux syndrome O : cette nouvelle ligne de démarcation qu’il y aurait entre l’Humain et l’animal qui ne serait ni l’âme, ni la conscience, mais la nécessité du projet qui dévore l’existence nous rendant aveugle à l’Ici et Maintenant. Cette cécité, c’est précisément Milka puis Koko qui la souligne à l’héroïne. 

Et puis j’ai voulu évoquer la perte, la mort et le deuil, puis la trace….

4) Que t’apporte le fait d’écrire ? Que souhaites-tu offrir en écrivant ?

J’écris depuis toujours, déjà pour la beauté du geste, cette trace graphique sur un support, répétant à l’infini cette main qui se pose sur la paroi d’une grotte…. ce geste terriblement humain qui semble dire : et oui j’ai été là, je suis passé là. Ensuite, pour ne pas jouer, car toute autre activité me semble être une pantomime, et j’y ressens un décalage. L’écriture impose l’honnêteté, la transparence. Enfin, j’écris pour traduire ou transcrire une petite musique intérieure…. quelque chose qui s’apparenterait à une mélodie, à de l’émotion brute.

Dès lors j’écris pour partager cette petite musique.

5) Quels pouvoirs et quelles vertus crois-tu que les livres possèdent ?

Je pense que si notre société a très largement quitté les perrons de l’église, elle se doit de trouver un autre lieu pour se construire à nouveau. Qu’on ne peut remplacer l’église par Carrefour ou Intermarché, et qu’il s’agit de retrouver le projet des Lumières en allant du perron de l’Église à la bibliothèque, le risque étant que certains se réfugient dans les salles obscures de l’intégrisme religieux afin de combler cette béance du projet occidental actuel dont les uniques fondements semblent se résumer à l’ultra-consumérisme.

Aller à la bibliothèque, c’est se questionner encore et à nouveau, sans cesse, accepter de chercher sans relâche, quitter les certitudes et les dogmes, vivre dans le doute, puis épouser le rythme, la mélodie de la pensée d’autrui, danser avec d’autres mots que les siens, s’ouvrir à un autre univers, faire une rencontre qui fait renaitre à nouveau et modifie en profondeur et faire d’une certaine façon « naitre avec » pour reprendre l’étymologie du mot « co-naître. »

6) Si tu devais te décrire en 3 adjectifs ? Quelle est ta couleur préférée, et pourquoi ?

Fantasque, passionnée, étonnée

Le bleu. Je ne sais pas pourquoi….

7) Quelles valeurs te tiennent à cœur ? Qu’est-ce-qui te construit ?

Il me semble que l’honnêteté est au cœur de toute forme de relation et de raisonnement sans quoi on ne peut retrouver l’étonnement à l’origine de toute beauté et de tout art.



8) De quoi l’humanité, à ton avis, a t-elle besoin aujourd’hui ?

D’honnêteté.

9) Tu peux réaliser cinq rêves : lesquels choisis-tu et pourquoi ?

Celui de ne pas avoir à demander qu’ils se réalisent…

10) Quelle question as-tu envie de poser aux lecteurs/lectrices de ce blog ?

Quel rêve choisiriez-vous ?

Profil Facebook officiel


Pour découvrir les interviews de mes invités, cliquez ici afin d’accéder à la liste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo