Ma boîte aux lettres me fait peur…

Lorsque je vais à ma boîte aux lettres j’ai l’impression qu’elle va me manger et que je vais finir dans un trou noir…



Fini le temps où l’on y allait en sifflotant, voici venu le temps de la phobie…

Souvenez-vous : auparavant attendre et espérer du courrier, une lettre était synonyme de fête ! Découvrir l’enveloppe et l’ouvrir afin d’en faire la lecture était synonyme de joie ! Une belle écriture appliquée, un papier et une enveloppe assortis, l’ouvrir fébrilement : une lettre d’amitié, d’amour, une invitation…

 

Mais aujourd’hui à l’heure de l’internet, des réseaux sociaux, mails, sms et « as-tu reçu mon fax qui t’indique l’heure de mon appel ? », la lettre manuscrite semble désuète, passée de mode… Car en 2017, qui peut me démentir ? À part les publicités pour ceux n’ayant pas accoler le logo « stop pubs » et autres factures, qui est encore heureux de se rendre à la recherche de sa paperasserie avec le sourire ? Il est vrai que pour la plupart, nous avons le super système des factures électroniques « Youpi ! » votre montant… sera prélevé le… « Argh, tout ça ? Ah ! oui quand même ! »

Pour autant, certaines factures et autres papiers du même acabit arrivent quand même, et malgré nous dans la boîte à courriers…

Et pardon, pardon Monsieur le facteur ou Madame la factrice mais franchement, lorsque vous sonnez à notre porte (malheureusement pour nous !) c’est quand même, la plupart du temps pour apposer une signature un peu stressé(e) car voici le fameux gloups ! recommandé : celui-là, vous scie les pattes, fait légèrement trembler vos mains, remonte votre tension et fait apparaitre en rouge clignotant dans notre cerveau « mais, c’est quoi ça encore !?!? » et avant même de l’ouvrir, on se récapitule ce qu’on a bien pu oublier de régler comme facture !!!

Ça vous fait la même, n’est-ce-pas ? : c’est le « syndrome recommandé ! »

Ou le must, c’est justement si si, vous l’avez déjà vécu : le jour où vous êtes chez vous (repos, rtt, malade…) que personne n’est venu frapper ou sonner à votre porte et que, motivé(e) vers 17h (… l’heure du thé pour adoucir le choc !) vous trouvez un petit papier jaune qui fait que le mode pensées s’enclenche brutalement, surchauffe, émet 52 hypothèses à la seconde, que vous le retournez dans tous les sens : « c’est qui, pourquoi, combien, et si…, mais non, un héritage ?… » et qu’en plus, bien sur, d’autres jolies enveloppes se cachent sous cet avis de passage dont les chiffres ne nous donnent aucune indication sur la provenance !

Alors que, à contrario on jubile à l’idée de recevoir un colis : celui-ci est notre ami ! Et on le guette et l’espère, et on voudrait surtout qu’il arrive mille fois plus vite que le fameux petit papier jaune !!!

Tata Odette nous a envoyé sa fameuse confiture de fraises avec un gentil petit mot, une amie vous envoie un magnifique cadeau (n’est-ce-pas Papillon ?) ou encore vous avez commandé des produits « truc muche », bref cette impatience là, nous l’aimons car elle est légitime !

Mais, le reste vous savez notre quotidien, et les aléas qui s’y rattachent viennent sabrer notre sourire car, il fait beau aujourd’hui; direction boîte aux lettres, et patatra, vient le moment du « mais, c’est quoi encore ce truc ? » qui englobe le loyer, l’administratif soi-disant simplifié (il nous faut la photocopie du document de 2009, 3 de 2012, votre avis d’imposition recto, verso, couché, debout pour le bureau 38 pour… avant-hier !) la pub pour partir aux Seychelles (euh… tu as vu tout ce que j’ai comme factures ? donc pour les Seychelles, je vais prendre un poster !)



Vous l’aurez compris sauf si nous avons la sublime idée de nous y remettre, et de renouer avec cette douce pensée de nous poster des écrits; franchement vous je ne sais pas, mais moi, ma boîte aux lettres me fait peur…

Maud Ménès©


Pour retrouver la liste des articles, cliquez ici


3 réponses sur “Ma boîte aux lettres me fait peur…”

  1. Ma boîte aux lettres, toute nouvelle, ne me fait pas peur pour une seule raison, j’aime le courrier dans toute sa diversité et malgré le syndrome du recommandé je m’attache aux relations épistolaires avec des correspondants d’autres pays. Ainsi c’est toujours avec joie et dans l’espoir de découvrir une lettre venue de l’autre côté de la planète que je la vais ouvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo