Sabine Planard

Chef – Traiteur

Sabine Planard : une force de vie, un parcours atypique, une femme authentique, audacieuse et ambitieuse : 3 jolis adjectifs qui débutent par un A, tout comme Amour de la cuisine.

La sienne est tournée vers l’autre, vers la rencontre : réunion de saveurs, réunion des personnes qui ont du cœur !

Choix des produits, assemblage généreux, une liberté d’expression passionnée y compris lorsqu’elle jongle avec les mots !!!

Cette jeune femme joue avec le temps qui file, elle le saupoudre de sucre glace pour le rendre léger et aérien.

Inspirations, réalisations, expirations, pour mettre en oeuvre une cuisine qui oscille entre subtilités et surprises, belle, nature avec un goût qui réveille nos envies d’apprécier, d’aimer, de saucer; parfumée, odorante et vraie comme cette chef !

Un femme qui a des valeurs justes et de justes valeurs qui harmonisent l’essentiel et humanisent la fraternité !!!

Sabine Planard, c’est un bouquet composé de-ci, de-là : tournesols, anis sauvage, épis de blés, bleuets glanés lors d’une balade joyeuse, c’est une table blanche en fer forgé aux chaises assorties devant un mur cascadant de chèvrefeuille, une pause pour jouer aux cartes, au loin le clocher sonne, un parfum de pain d’épices au miel de sarrasin augure une délicieuse soirée en chantonnant « le sud » de Nino Ferrer…

Je vous laisse vous imprégner des réponses de Sabine Planard…

Jeune quadra épanouie, femme, maman, cheffe traiteur, entière, et passionnée…
Je suis aujourd’hui à la tête de mon propre service traiteur et événementiel La Cookinière. Je réalise des prestations pour des particuliers, des restaurants, des entreprises, des salons…

Photos de plats par Sabine Planard

1) Qui, quoi, comment t’a donné envie de travailler dans le monde culinaire ?

Ma famille

Chez nous on cuisine tous, parce qu’on aime manger, on aime recevoir et faire plaisir…
J’ai commencé à cuisiner très tôt sous la tutelle de ma mère et de mes grands-mères qui m’ont transmis les recettes de famille. Mon père aussi cuisinait très bien et aimait les bons produits… les grandes tablées étaient fréquentes et les préparatifs autant que les repas pouvaient durer des heures.

Les magazines

Une fois Adulte, j’ai continué à cuisiner mais de « façon amateure » uniquement, pour ma famille mes amis, les copains ! Grâce aux magazines de cuisine, Je me suis aventurée dans d’autres terrains que ceux que je connaissais comme la cuisine asiatique, orientale, japonaise, mexicaine… la pâtisserie… j’ai découvert d’autres produits, d’autres techniques en privilégiant le goût parce que finalement la présentation on s’en moque si ce n’est pas bon. J’ai appris seule, avec mes bouquins et mes magazines… en ratant souvent… en recommençant toujours.

Michel kayser

Un jour mon ex-mari m’invite chez Alexandre le restaurant de Michel Kayser à Garons, pour un anniversaire. Je n’avais jamais mangé dans d’un restaurant étoilé et j’ai vécu un choc culinaire… Le repas a été un enchantement… je découvrais qu’on pouvait cuisiner autrement avec élégance, qu’on pouvait jouer avec les couleurs, les textures, les saveurs… c’est un champs d’infini possible qui se profilait… et à partir de ce jour j’ai toujours essayer d’élever le niveau de ma cuisine… stages avec des chefs, les magazines sont passés de marmiton à thuries… un vrai tournant dans ma façon de cuisiner.

2012 Les concours Masterchef et le cordon bleu du Taittinger

En 2012, masterchef me contacte pour faire les épreuves qualificatives de Marseille, j’ai 5 jours pour préparer mon plat de présélection, et 24000 candidats à éliminer pour faire partie des finalistes. Je finirais l’aventure quatorzième, bêtement sur une erreur. Une aventure enrichissante grâce aux rencontres et aux cours à l’école du pavillon Lenôtre. Une expérience toutefois mitigée qui cependant me conforte alors dans mon envie de faire de ma passion mon nouveau métier. J’enchaîne cette même année avec le concours du cordon bleu du Taittinger, nouveau défi, nouvelles rencontres, je finirais à la troisième place.

La reconversion

A partir de 2013 c’est le début de la reconversion, de l’apprentissage du métier… je passe de la cuisine de Maman à la gestion d’une cuisine, l’hygiène, les commandes, l’élaboration de menu, le calcul de leur coût, bien choisir ses prestataires et bien négocier les tarifs, gérer des équipes et leur planning… il ne suffit pas de savoir cuisiner pour être chef… Au bout de 3 ans d’apprentissage sur le tas, dans différents établissements, je passe mon CAP en candidat libre et l’obtiens en 2016.

Photos de plats par Sabine Planard



2) Quel(s) produit(s) préfères-tu préparer ? Celui qui a ton coup de cœur absolu ?

C’est tellement dommage de devoir se contenter d’un seul produit !!! c’est la frustration absolue ! Mais je me dois de jouer le jeu… alors puisqu’il me faut choisir :

Photo d'un wedding cake par Sabine Planard

Le produit que je préfère préparer c’est les wedding cakes… je me suis découvert depuis peu une passion pour la réalisation et la décoration de ces gâteaux qui viennent en point d’orgue couronner une belle journée… chaque gâteau est unique car il est inspiré par chaque marié…

Photo d'un wedding cake par Sabine Planard

Celui qui a mon coup de cœur absolu… c’est la truffe. Sa culture mystérieuse, ses producteurs passionnants, ses parfums enivrants… râpée sur une tartine de bon pain beurré… Je craque totalement !
(J’aurais pu dire le chocolat mais j’avais pas le droit…)

3) Es tu entrée, plat ou dessert ? Salé ou sucré ?

Mon problème (ou celui de ma balance) c’est que je suis un peu, voir beaucoup tout…
Globalement plutôt dessert car j’aime bien finir mon repas sur du sucré… De la douceur…
Et paradoxalement, plutôt salé car les émotions provoquées par le salé sont plus intenses, plus surprenantes…

4) Quelles associations gustatives t’ont le plus surpris ?

Terre mer
Tonka foie gras
Artichauts vanille

5) Tu organises un repas pour 5 convives qui seraient-ils, et quel serait le menu ?

Mes parents partis trop tôt, pour les régaler une dernière fois et leur montrer le chemin parcouru…
Monsieur Paul, qui se serait très probablement bien entendu avec mon père… les deux étant des travailleurs forcenés et de très bons vivants… Et aussi peut être, pour le plaisir égoïste de le rencontrer…
Ma sœur pour tout un tas de raison qu’elle et moi connaissons… mais aussi parce que nous partageons la passion de la cuisine et du bien recevoir…
Sylvestre Wahid, parce je suis très admirative de l’homme, du chef, et que je reverrais de le rencontrer… alors cuisiner pour lui serait un honneur.

En entrée
La soupe au pistou presque comme Mémé Juliette, pour faire plaisir à mon père et ses origines marseillaises… Et surtout parce que c’est bon !

Pour le plat
L’aïoli revisité, un plat réimaginé pour un concours et qui m’a tellement plu qu’il est devenu ce qu’on appelle pompeusement un plat signature. C’est un plat qu’enfant nous mangions quasiment tous les vendredi et qui malgré son apparente simplicité est plein de goûts et de souvenirs…

En dessert
Une tarte sablée à la mirabelle… pour les origines Lorraine de ma mère et puisque la tarte c’était le quatre heure… un coup à la pomme, un coup au sucre, un coup à la rhubarbe, aux quetsches mais toujours aussi bonne…

6) Si tu devais te décrire en 3 adjectifs ? Quelle est ta couleur préférée et pourquoi ?

Passionnée, généreuse, consciente

Photo de Sabine Planard

Le Bleu électrique parce que c’est beau… profond… avec des nuances et un nom qui claque !



7) Quelles valeurs et quels principes te tiennent à cœur ?

La famille, les amis… C’est vital
L’humanisme, la solidarité… notre monde en manque cruellement
Le respect là aussi il y a carence
La défense des droits des animaux par ce que leur vie ne vaut pas moins que la notre
Le bien manger car aujourd’hui on s’empoisonne et il faut que ça change !

8) Quelles sont tes autres passions ?

Les Cévennes, j’adore m’y balader, chercher les champignons, se baigner à la rivière dans un petit coin de paradis…
La lecture qui m’évade, l’écriture qui me soulage, le judo que j’ai pratiqué longtemps, le canoé que nous adorons avec les enfants… Et plein d’autres choses car je suis une curieuse invétérée et j’adore apprendre… et transmettre !

9) Si tu étais :

Une citation ? La cuisine c’est comme l’amour on y pénètre avec abandon ou pas du tout.

Un lieu ? La corse du Nord, j’adooore

Un arbre ? Le lilas, pour son ombre protectrice et le parfum de ses fleurs

Une époque ? Mai 68

Un bijou ? Un bracelet

10) Quelles questions souhaites-tu poser aux lecteurs/lectrices de « A qui mieux mieux » ?

C’est une question que j’aimerais qu’ils se posent : « Etes-vous heureux, épanouis ? » et si la réponse est non… « qu’allez vous faire pour changer ça ? »
Parce qu’il faut toujours essayer, parce que nous sommes notre seul garant au bonheur…

Photo par Sabine Planard

        

Suivez-moi

Maud Ménès

CEO/Founder/Owner chez A qui mieux mieux
Directrice de la publication - Rédactrice Web - Journaliste - Conteuse de réalité - Addict écriturière - Révélatrice de vos talents - Chapôteuse.
Suivez-moi

Les derniers articles par Maud Ménès (tout voir)

Maud Ménès

Directrice de la publication - Rédactrice Web - Journaliste - Conteuse de réalité - Addict écriturière - Révélatrice de vos talents - Chapôteuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Copie interdite - Les images sont soumises aux droits d'auteurs !

ipsum felis Donec odio id, quis