Sandrine Gailliot

Sandrine Gailliot, ou l’inventivité qui illumine l’existence : des petits bonheurs qui restent de jolis moments puis des souvenirs gais, mémorables et uniques !

Son pari, nous faire découvrir son Paris !

Des yeux grands ouverts sur les surprises environnantes et se laisser imprégner par sa joie magnifiée lors d’une promenade si originale = à trottinette !!!

Maintenir l’équilibre, tout en conservant un sourire d’enfant : cette femme intelligente, naturelle et chaleureuse est une découverte émouvante, l’impression d’ouvrir une boîte à cadeaux !!!

Sandrine Gailliot, c’est des bulles de savon qui s’envolent vers les nuages, un pique-nique improvisé, un bouquet de fruits et fleurs mélangés…

Je vous laisse vous imprégner des réponses de Sandrine Gailliot…



Petit texte descriptif :

J’aime être entourée alors j’aime les soirées, les restos, les sorties, le théâtre, les cinoches, faire des jeux et j’adore voyager, visiter. Je suis curieuse et j’aime apprendre même si c’est difficile à retenir, à mémoriser (je suis dyslexique). Aujourd’hui j’ai 50 ans, donc je m’accroche car, il est vrai que j’ai un peu moins d’énergie depuis deux, trois ans. Mais n’étant pas du tout solitaire, j’ai du mal à résister à ne pas sortir. Mon mari est pareil que moi ainsi que mes enfants, une me ressemble, en ce moment elle vit en argentine, l’autre est un jeune sportif.

1) Comment est né l’aventure : « L’œil d’une Parisienne » ?

Je travaillais donc comme comptable au service photo à l’Express, je savais qu’il allait falloir rebondir, car on savait que nous étions à vendre.

Pour les vacances, mon mari et moi avions le projet d’aller à Tokyo. Ravie de partir, j’en ai parlé à mon amie japonaise, elle était super contente que nous allions dans son pays. Elle m’a proposé de me mettre en relation avec son amie, une amie de plus qui parle Français. C’était super, elle nous a expliqué son Tokyo. Nous avons adoré, elle nous a raconté l’histoire de son pays, elle nous a baladé, enfin elle a tout fait pour que cela nous plaise. Et j’ai aimé cette rencontre, c’est comme cela j’ai eu cette idée. Donc j’ai commencé à balader à pied des gens de Paris, des gens de Province mais rapidement je me suis aperçu que certaines rues n’avaient aucun intérêt. J’ai commencé à réfléchir à comment pallier ce problème. Je n’aime pas le vélo dans Paris, trop dangereux à mon gout. Alors l’idée de la trottinette électrique m’est apparue. Simple facile à utiliser.

2) Comment fonctionne « L’œil d’une Parisienne » ?

Je propose trois parcours en trottinette électrique (maximum quatre personnes) je privilégie le petit groupe.

Pour qui c’est la première fois dans Paris : Paris Est-Ouest : on traverse Paris sur les Voies sur Berges. On démarre d’un Paris inconnu puis on passe par Bastille, l’ile de la cité, Louvre, le Musée d’Orsay, la Tour Eiffel puis L’Opéra. On peut voir le tout Paris en un clin d’œil.

Paris Rive gauche pour les parisiens qui n’ont pas peur de se fatiguer. Parcours assez intense. Gambetta, Bercy puis la Bnf, la Butte aux cailles, l’Observatoire, le jardin du Luxembourg, Mouffetard et le jardin des plantes. Le parcours est super et complet.

Paris Nord, pour les Parisiens, les gens qui connaissent un peu Paris, ceux qui ont envie d’être cool. Du Père la chaise, Belleville au bassin de la Villette. La balade la plus tranquille.

Je propose aussi des balades à pied sur l’histoire des quartiers, toujours en petit groupe, je raconte mon Paris à ma manière. On se promène, on admire, on découvre et on apprend aussi

3) Qu’est-ce-que t’apporte « L’œil d’une Parisienne » ?

Je démarre mon activité donc il est difficile de répondre à ce jour, mais après avoir travaillé comme comptable pendant 30 ans, ce que j’espère dans ce nouveau projet; c’est la rencontre, l’échange, transmettre mon histoire, de raconter Paris à ma manière. Car j’y suis née, mes parents y sont nés, mes grands-parents aussi, mes arrières arrière grands-parents vivaient là aussi. Donc une vraie culture parisienne, une façon de voir les choses, les souvenirs de chacun à des époques différentes, et ma fille est née à Paris et j’espère qu’elle continuera la tradition. Mon fils, lui, est né à Barcelone « le pauvre » non je rigole.

4) Parle nous de ton Paris, si tu étais :

Un jardin/un parc : Si j’étais un jardin, je serais « le jardin des plantes », j’y venais souvent avec ma grand-mère pour y faire un tour de dromadaire, et à l’époque nous allions rendre visite à l’éléphant de mer. Depuis plus de 3 siècles la ménagerie existait déjà, le premier zoo d’Europe, j’y allais régulièrement avec mes enfants. J’adore aller au zoo, aquarium, j’aime connaître la vie des animaux. J’aurai aimé travailler avec les éléphants orphelins en Afrique. C’est un rêve, mais je ne pense pas vraiment réalisable, mais parfois il est bon de rêver.

Une rue : Si j’étais une rue, je serais une rue piétonne; la rue Montorgueil avec tous ses cafés, la rue Daguerre avec ses commerces de bouche. A Paris, il y en a peu mais Paris évolue, les dimanches depuis deux ou trois ans, les voitures ne sont plus autorisées dans certains quartiers, donc on peut profiter du calme et de la beauté de certains immeubles, hôtels particuliers ou maisonnettes.

Une gourmandise : Si j’étais une gourmandise, j’espère ressembler à un restaurant gastronomique, j’adore gouter découvrir des nouvelles saveurs. Mais cela coûte cher donc j’y suis allée très rarement. 

Un monument : Si j’étais un monument, je serais un Hôtel particulier dans le Marais; vrai témoin de l’histoire de Paris avec ses périodes fastes et miséreuses.

Dès Charles V, les bourgeois, les nobles, les poètes, les écrivains y vivaient, recevaient.

Après le départ de Louis XIV pour Versailles, la cour ayant suivi, le Marais a été déserté. Les Hôtels particuliers ont été abandonnés par les puissants.

L’ère industrielle, le coup dur pour ses magnifiques hôtels. Les ouvriers se sont installés. Les ateliers, les garages, les usines ont dénaturés les arrières cours, les jardins. Les Hôtels ont dépéri, ont été délabrés, sont devenus miséreux; le déclin.

Mais le Marais a été sauvé par Malraux, dans les années 60. De jour en jour, les Hôtels ont été rénovés. Aujourd’hui ils revivent leur splendeur. J’aime savoir qu’il y a toujours de l’espoir.

Un secret : Si j’étais un secret, je serais catacombes. Des milliers de secrets sont enfouis dans ces galeries souterraines, des milliers d’histoires grouillent dans ces sous-sols. Un secret bien gardé.

5) Si tu devais te décrire en 3 adjectifs ? Quelle est ta couleur préférée et pourquoi ?

Curieuse, bavarde, aimante.

J’aime toutes les couleurs, je n’ai pas vraiment une couleur préférée.

6) Quelles sont tes passions ?

Mes passions, je ne sais pas si je suis une vraie passionnée. Pour moi un passionné est exclusif. Je ne suis pas non plus fusionnelle.

7) Quelles valeurs, quelles causes, quels principes te tiennent à cœur ?

J’aime la variété, le changement. J’aime bouger mais bizarrement j’aime aussi la routine, elle me donne une certaine confiance. J’aime la fidélité en amitié.

Je ne crois pas en Dieu, mais je crois aux valeurs de l’éducation, de la famille, de l’amitié et du partage. Donner = Recevoir. Mais je ne me suis jamais battue pour une cause.

J’ai juste essayé dans ma vie d’être bien dans ma peau, que ma famille soit au mieux et en harmonie. Et je suis ravie que mes amis passent de bons moments quand nous sommes ensemble, on aime rire, dire des bêtises.

Je ne suis pas militante, je ne suis pas une guerrière. Heureusement que tout le monde est différent.



8) On change de lieu : dans quel endroit, dans quel pays nous emmènerais-tu faire de la trottinette et pourquoi ?

Un autre pays pour se balader en trottinette électrique, ce serait New York.

J’aime cette ville, son charme. Je suis sûre que ce serait le top là-bas, c’est super grand et on a vraiment envie de tout voir.

Par contre seul bémol, la pluie. Il faudrait un New York sans pluie car malheureusement à Paris il pleut aussi, pas tous les jours heureusement, mais il pleut quand même et c’est compliqué de rouler sous la pluie.

9) Tu pars sur une île déserte, tu peux emmener 5 objets avec toi : quels sont-ils et pourquoi ?

Pas une île déserte, je déteste la solitude et je m’ennuie très vite.

Mais si j’échoue sur une île déserte, je ferais tout pour me sauver. Je construirais un radeau, un émetteur radio pour appeler à l’aide.

Donc il me faudrait un couteau pour la survie, un mode d’emploi pour construire le radeau et la radio. Un panneau pour signaler ma présence et en attendant un bouquin pour passer le temps.

10) Quelles questions souhaites-tu poser aux lecteurs/lectrices de ce blog ?

Avez-vous peur de découvrir Paris autrement ?

Avez-vous peur de vous perdre dans des endroits insolites ?

Avez-vous peur de vous laisser porter par les évènements surtout en trottinette électrique ?

Ne doutez pas et faites-moi confiance.

Site internet « L’oeil d’une Parisienne »

Page officielle Facebook « L’oeil d’une Parisienne »


Pour découvrir les interviews de mes invités, cliquez ici afin d’accéder à la liste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo